Revue Afriquespoir

La Chine, empire des torsades

Abbé Kibwila Alfonse Marie de la Croix
alphokibwila@gmail.com





Désolé ! Me revoilà avec mes « torsades », signes subtils, pour ceux qui voient des malaises indéfinissables dans le quotidien de notre village planétaire plus que jamais rempli de nébulosités, le soleil de la Vérité ayant subi une éclipse… Le Mal et le Bien alors jouent à cache-cache dans notre cœur et notre intelligence, et dans l’indécision le Mensonge, comme un précepte universellement admis, envahit toute prise de parole officielle et personnelle, et nos comportements même…

De ce sombre océan émerge l’iceberg ambigu de La Chine, gigantesque chantier où se torsadent lumière et ténèbres, au gré de ses dirigeants et des vents imprévisibles du Monde. Fascinante Nation, la plus lourdement chargée d’humains, et donc la plus menaçante pour la Paix de toute la Planète Terre, avec, déjà, des prétentions dans le cosmos sidéral où ses récentes fusées la propulsent et l’imposent dans le cercle fermé des futurs Maîtres de l’Espace. Le mental chinois est concurrentiel : Imiter pour dépasser, puis grimper plus haut que le modèle copié.

La Chine admirée sert de modèle à nos jeunes d’Afrique pour forger notre destin à l’exemple des chinois, mais, en même temps, ceux-ci deviennent des « éléments à craindre ». Les « amis » chinois viennent séduire des filles démunies des quartiers paumés de Kinshasa, d’Abidjan, Yaoundé et d’ailleurs… et leur font des bâtards, logeant dans des taudis sans électricité et sans eau courante, utilisant sans gêne les « toilettes-salles de bain » à ciel ouvert, entourées de bâches élimées ou de vieilles tôles corrodées, derrière ou devant les logis… Or, c’est d’eux, provenant d’un Pays émergeant, que nos populations devraient attendre un « entraînement » dynamique vers le développement du milieu.

Mais non ! Ils viennent tout au contraire prolonger la misère du sous-développement, tandis qu’à l’autre bout, nous observons plein de chinois ingénieurs de pointe, techniciens, architectes, commerçants (véreux) qui vivent dans des quartiers cossus, et d’autres encore dans l’Afrique profonde où ils sont des « creuseurs » : Achetés à prix des corruptions immondes, des carrés miniers sont au quotidien dépouillés de tonnes de terres emportées en Chine pour y être « traitées »… L’Amitié « Chine-Afrique » a bon dos ! Ils ne cachent même plus leur mentalité néo-colonialiste. Démonstration : A même la rue, ils se permettent de battre à coups de poings et de pieds leurs « boys » ou ouvriers Africains qu’ils traitent en esclaves.

Partagés ici mes ressentiments me « console » quelque peu mais ceci malheureusement ne supprime pas la réalité sordide sur le terrain. Ah ! Les Africains - hélas ! - ont des yeux pour voir mais ils ne voient pas…

 

Partagez cet article