Nouvelles

La troisième marche anti-Malonda s’est passée dans la tranquillité

  • 21 juillet 2020


Des manifestants marchent le dimanche 19 juillet 2020 à Kinshasa


Le week-end dernier, dans une correspondance adressée à Mme Jeannine Mabunda, Présidente de l’Assemblée Nationale, le président congolais Félix Tshisekedi avait refusé d’investir Ronsard Malonda comme président de la Commission Electorale Indépendante (Céni). Il avait fait remarquer que, selon l’information à sa disposition, le consensus n’était pas clairement dégagé au sein de la plateforme des confessions religieuses chargées de désigner le président de cette institution d’appui à la démocratie. Il avait aussi fait savoir à la présidente que l’entérinement de Ronsard par l’Assemblée Nationale -où la plateforme de l’ancien président Joseph Kabila jouit d’une large majorité- « est fortement contestée en fait comme en droit» par certains membres de la société civile.
En effet, des milliers des congolais sont descendus dans la rue, malgré l’interdiction des autorités, pour protester contre l’entérinement de Ronsard et contre le projet de loi visant la réforme de la justice. Trois grandes marches ont été organisées en un espace de dix jours, notamment par les partis membres de la coalition au pouvoir (CACH), par ceux de l’opposition (Lamuka) et par la société civile représentée par le Comité Laïc de Coordination (CLC) et les mouvements citoyens Lucha, Filimbi et Congolais Debout. Ils exigent la mise en place d’une Ceni « véritablement crédible et dépolitisée» et le retrait des projets de loi sur la réforme de la justice.
Alors que, pendant la marche du 9 juillet, organisée par la coalition au pouvoir, au moins cinq personnes avaient perdu la vie, la troisième, organisée le dimanche 19 juillet 2020 par le CLC, à laquelle se sont joints les mouvements citoyens précités, s´est déroulée de manière pacifique.



Un groupe d’agents de la police se prépare pour accompagner les manifestants le 19 juillet 2020 à Kinshasa.
Photo: Lwanga Kakule


Afriquespoir a parlé avec certains agents de la police déployés sur différents point du Boulevard Lumumba pour encadrer la marche. Ils étaient non armés, à peine certains étaient munis des matraques. Ils ont exprimé leur satisfaction de voir que la marche s’est déroulée dans la tranquillité: «Nous sommes assis ici à l’aise, car la marche a été pacifique.», a déclaré un des dix agents assis sur la 17ème Rue de Limete, à Kinshasa.
L’opinion publique congolaise attend de l’Assemblée Nationale les réformes de la Céni et que l’audit sur le processus électoral de 2018 soit réalisé avant l’élection du président de la Céni pour les élections de 2023. Par ailleurs, l’examen des projets de loi sur la réforme de la justice a été renvoyé à la session de septembre 2020.
 
Par Aimé Mbala et Lwanga Kakule

 

 

Partagez cet article